Quelques conseils pour se prémunir des attaques et réagir face à un virus Ransomware

A nouveau, depuis quelques jours, des attaques à répétition de virus touchent de nombreuses entreprises dans le monde.
Le principe même d’un virus étant de faire des dégâts, de nouvelles variantes apparaissent régulièrement, afin d’être systématiquement en avance sur les éditeurs d’antivirus. Quelques heures (ou plus) sont en général nécessaires entre l’apparition d’une nouvelle variante et le correctif permettant sa détection, rendant ainsi inefficaces vos protections.

Cette période est la plus critique et celle qui réclame le plus de vigilance. Il est impératif d’avoir cette logique en permanence à l’esprit afin d’acquérir les bons réflexes !

Parmi ces virus, sévissent notamment de nouvelles variantes de « ransomware ». Ces virus se propagent en général par email (sous forme de fichier joint), et les dégâts commencent lorsqu’une personne ouvre ces pièces jointes, déclenchant l’exécution d’un programme malveillant.

Ces virus cryptent vos fichiers, vous empêchant ainsi de les utiliser.

Tous les ordinateurs connectés sur le même réseaux peuvent être infectés en quelques minutes.

La seule solution est de restaurer entièrement l’ordinateur infesté.

Mr Guillaume POUPARD, Directeur de l’Agence Nationale Française de la Sécurité des Systèmes d’Information, rappelle les fondamentaux à avoir dans ce genre de situation :

  • « Clairement, s’il y a un message qui vous demande de l’argent sur votre écran, il faut éteindre l’ordinateur et appeler votre informaticien« 
  • « Quand on reçoit des mails de personnes qu’on ne connaît pas bien ou des mails un petit peu suspects, il faut vraiment être extrêmement paranoïaque sur ces choses-là, parce que c’est la voie d’infection privilégiée. C’est comme ça que les attaquants réussissent à rentrer dans les systèmes. »
  • « Ne payer pas ! D’abord parce que vous n’avez aucune assurance qu’après le paiement le pirate vous envoie vraiment la clé de décryptage, ensuite cela vous identifie comme « bon pigeon qui paie » et cela incite donc le pirate à recommencer son opération contre vous et enfin parce que cela encourage globalement ce genre d’opération délictueuse»