Besoin d’une nouvelle pièce ? C’est presque simple avec l’impression 3D

Lorsque le satellite Juno de la NASA a décollé pour Jupiter, les pièces imprimées en 3D de sa structure ne représentaient qu’un petit pas vers l’objectif du constructeur Lockheed Martin. Son objectif à terme, construire un vaisseau spatial entier en utilisant la technologie de fabrication additive. Ce lancement a signifié qu’un pas a été effectué vers l’utilisation de l’impression 3D dans les procédés de fabrication aérospatiale.

D’autres secteurs d’activité se tournent déjà vers l’impression en 3D comme Ford avec son département compétition FORD Racing.
Impression 3D ZPrinter 850
Qu’est ce que l’impression 3D ? C’est une fabrication additive, c’est à dire que l’on construit des objets par l’application de matériaux en couches successives. Ces pièces sont plus légères et de faible coût. Les pièces imprimées en 3D de Juno ont aidé à prouver que la technologie de fabrication additive était prête à aller au-delà de prototypage. « Les pièces fonctionnent magnifiquement», dit Slade Gardner, chercheur dans la division Space Systems de Lockheed Martin. Mais, elles étaient tout simplement des « proto-pièces » pour un satellite.

Lockheed Martin se prépare à utiliser l’impression en 3D pour fabriquer des pièces pour les autres aéronefs et d’engins spatiaux.
«Nous sommes au stade de la validation du processus de production, et nous sommes sur la bonne voie pour une mise en oeuvre au cours des prochaines années – peut-être plus tôt», dit Gardner.

Après, que le sous-traitant à l’origine de la fabrication du moule ait fait faillite. Curtis Carson, directeur de la recherche et de la technologie pour les systèmes industriels dans le centre d’ingénierie de fabrication d’Airbus a commencé à utiliser l’impression 3D.  Son objectif, produire un moule de la ceinture de sécurité en tant que pièce de rechange pour les A310.

En effet, il prévoit de commencer à utiliser l’impression 3D pour les pièces en plastique de l’A350 d’ici 2015. « Même avec de petits composants, nous verrons environ 50% d’économies de poids et une réduction des coûts de 60 à 70% sur les pièces de production, » dit-il.

Source photographique :
Fabrication Mécanique, le monde de la production